Crise sanitaire oblige pour la première fois de l’histoire d’Etalle le conseil s’est tenu en visio-conférence.

Même si le conseil a démarré avec plusieurs minutes de retard suite à des difficultés de connexion pour certains échevins, et qu’il n’y a pas de diffusion en direct comme cela se fait dans certaines communes (il fallait demander au préalable de pouvoir rejoindre la réunion) nous saluons l’effort qui a été réalisé.

Le premier point à l’ordre du jour était la convention des maires. C’est Linda Naisse qui est intervenue au nom du groupe ECOLO. Nous avons voté « oui » tout en insistant sur certains points.

Quelques extraits de son intervention :

« Ce plan est un « catalogue » d’actions à entreprendre pour arriver à l’objectif. Il n’y a rien de contraignant, tout est volontaire. On sait déjà qu’on ne réalisera pas tout. Cependant, nous pensons que cela devrait être un MINIMUM pour pouvoir espérer laisser une planète viable pour nos (petits) enfants. »

« Nous devons donc être ambitieux car, pour rappel, l’objectif de l’Union Européenne est la neutralité carbone en 2050 et l’Europe, le Fédéral et la Région ont des objectifs de -55%, voire -60% par rapport à 1990, année où les émissions étaient plus importantes qu’en 2006. »

«  Nous voulons également souligner le fait que les émissions du transport sont fortement sous-évaluées dans le bilan et le plan. Seul le trafic sur le territoire communal est pris en compte. Aucun déplacement sur autoroute pour se rendre au travail ou en vacances par exemple ne sont pas pris en compte dans la méthodologie adoptée par la Province. »

« La Commune n’a qu’une marge de manœuvre faible (vu qu’elle représente moins de 10% des émissions du territoire), mais chez Ecolo, nous pensons que l’exemplarité des Pouvoir Publics doit être la règle pour motiver les citoyens, dont certains ont déjà pris une belle avance sur les pouvoirs publics. »

« Nous insistons sur le fait qu’il faut absolument une personne référente pour piloter le plan. Personne à l’administration ne peut dégager assez de temps pour s’investir suffisamment. Vous nous parlez de l’engagement d’un éco-passeur depuis un an, mais on ne voit toujours rien venir. Cet éco-passeur doit être engagé à temps plein et il doit lui être laissé suffisamment de latitude dans le pilotage de ces opérations. »

Ce point était suivi par les modifications budgétaires, C’est Lieve Van Buggenhout qui est intervenue sur ce point. Nous avons voté abstention à l’ordinaire et non à l’extraordinaire.

Lieve a rappelé que lors du vote du budget en décembre 2019 nous avions déjà soulevé le fait qu’on diminue chaque année le personnel administratif. Or nous avons besoin d’une administration forte à la hauteur des défis des années à venir.  Fin 2019 le Collège nous avait dit que des engagements étaient prévus dans les services voirie et urbanisme, mais dans cette modification budgétaire on ne peut que constater que ces postes là ont également été portés en diminution ! L’échevin des finances répond qu’en 2021 la commune devrait engager 5 personnes. A suivre…

Le point 3A portait sur la taxe des immondices : c’est Julie Comblen qui est intervenue sur ce point. Depuis des années maintenant nous demandons à diminuer la taxe fixe et augmenter le prix des sacs. Ici nous voyons qu’il n’y a toujours aucune récompense pour ceux qui font des efforts : le Collège continue sur la même lignée que les années précédentes : une taxe élevée pour chaque ménage peu importe si les personnes font attention ou non à la quantité des déchets qu’elles produisent, et un prix au sac abordable. Nous demandons que les pollueurs soient les payeurs et que les personnes qui font un effort en soient récompensées  ! Nous avons donc voté NON

Le point 3B portait sur la redevance de l’eau et le coût vérité. : Anne-Marie Claude, suivie de Lieve Van Buggenhout sont intervenues sur ce point. Et avons voté non.

Depuis plusieurs années la commune applique le montant du coût vérité de 2011 c’est à dire 1,67€/m³ au lieu de 2,29€/m³. La différence est prise en charge par la commune.  Pour nous, une telle décision ne pousse pas les citoyens à réfléchir à l’importance de l’eau. L’eau est un BIEN COMMUN et son usage doit être parcimonieux. Comme le rappelle la convention des maires et son plan d’action durable, qui a été voté unanimement un peu plus tôt.

La ressource est abondante certes mais pas infinie! La demande en eau va continuer à croître dans les années à venir : la pression est de plus en plus forte: la population augmente, le cheptel stabulois est important, il est question de fournir le nouvel hôpital d’Houdemont, tout en gardant nos engagements vis à vis de Valvert.

 Nous avons aussi proposé d’encourager la récolte des eaux de pluie pour des usages non alimentaires, envisageant même des facilités financières à la mise en place de citerne, de lagunage, … Le Collège y a opposé une fin de non-recevoir « puisque l’eau n’est pas chère et que le citoyen le fera seulement s’il le veut ».

Nous avons donc redemandé une réflexion globale sur l’eau et sa gestion.

En point 4 on nous demandait de voter les comptes 2019 et budgets 2021 des différentes fabriques d’église. Nous avons voté oui après une intervention de Lieve Van Buggenhout demandant la création d’un organe de coordination communal entre les différentes fabriques et la commune. Cet organe de coordination aurait plusieurs avantages :

  • une uniformisation des documents (pour le moment chaque fabrique remet un budget et comptes sous un format différents)
  • possibilité de réaliser un plan pluri-annuel des travaux et investissements à réaliser aux frais de la commune.
  • Possibilité de créer une centrale d’achats à partir de l’organe de coordination afin de diminuer les coûts pour chaque fabrique
  • respecter l’intérêt communal tout en respectant l’autonomie de gestion de chaque fabrique

L’échevine du culte nous répondra que l’idée peut être intéressante mais que l’initiative doit venir des fabriques d’église, vision sur laquelle nous pensons qu’elle se trompe, la commune peut tout à fait être à l’initiative d’un tel organe .

Lieve profite de ce point pour redemander où en est la réflexion sur une salle  pour des cérémonies laïques. Aucune avancée n’a été faite sur ce point, le bourgmestre nous répondra que c’est repris comme projet dans le groupe de travail du CLDR mais nous qui participons à ces réunions n’avons aucun souvenir que ce point y ait été soulevé d’une manière quelconque… à suivre donc…

Le point 5 portait sur l’approbation des points inscrits à l’ordre du jour de l’AG de Sofilux .  Nous avons voté oui après l’intervention de Linda Naisse se réjouissant de l’augmentation du subside à Tvlux.

Le point 6 concernait une convention avec Idelux Eau pour une étude hydraulique sur le réseau d’égouttage de Vance : nous avons voté oui

Au point 7 on nous demandait de voter la vente d’un excédant de voirie à Etalle : Nous avons déjà  discuté de ce point dans un précédent article sur ce site « Pourquoi pour ECOLO Etalle 0,35m² ne sont pas que 0,35m²…

Au point 8 il était question du transfert des infrastructures des pompiers à la zone de secours : nous avons voté oui après une intervention de Julie Comblen qui souhaitait que la commune garde la possibilité de récupérer les bâtiments si dans quelques années la zone de secours venait à décider que les pompiers quittent la commune. Le bourgmestre lui a apporté les apaisements en proposant un bail emphytéotique sur le terrain, le fond emportant le comble le bâtiment reviendrait dans ce cas de figure dans le giron communal.

Les points renouvellement accord cadre achat livres, les ordonnances de police et l’approbation de pv du dernier conseil n’ont fait l’objet d’aucune remarque de notre côté.

Dans les points actualités   Julie Comblen est intervenue pour parler des profils de fonctions : Le collège nous fait part qu’ils vont engager 5 personnes. Elle demande de quelles fonctions il s’agit et si les profils de fonction sont prêts (cela fait plus d’un an qu’ils y travaillent!)

Nous sommes ravies d’apprendre que les engagements suivants vont être réalisés dans les mois à venir :

  • une personne 1/2 temps éco-passeur et 1/2 temps pour le service urbanisme (le collège a enfin abandonné l’idée de partager son éco-passeur avec d’autres communes!)
  • un informaticien pour l’administration et l’EPN (espace public numérique)
  • une personne au service travaux
  • 2 ouvriers communaux

Anne Marie Claude est intervenue sur un point concernant des bruits de village sur un projet d’échange de bâtiments de l’AXA à Etalle et le presbytère à Villers Sur Semois. Elle rappelle au collège que pour toute négociation l’accord préalable du conseil communal est requis. Le bourgmestre nous dira qu’il y a effectivement eu des pourparlers qui n’ont pas aboutis et qu’une réflexion existe sur l’utilisation du presbytère de Villers Sur Semois…

Linda Naisse interviendra en dernier sur le point de l’aide proposée par la commune au groupe la Karité s’occupant des transmigrants à Habay, suite à l’interpellation citoyenne de Raymond Debontridder l’an dernier. Elle fera remarquer qu’une réunion avec les communes voisines a eu lieu le 16 septembre dernier mais que la commune d’Etalle n’était pas présente.

Comme la demande pour les lessives (puisque le CPAS dispose d’une buanderie, et qu’une des grandes difficultés concerne justement les lessives des personnes) n’a pas abouti et que, pour le moment, le collectif cherche des fonds pour financer des igloos/tentes afin de protéger les transmigrants du froid de l’hiver, nous proposons que la commune apporte une aide financière au collectif pour l’achat de ces tentes notamment. Le bourgmestre répondra à Linda qu’il n’interviendra en faveur de cette organisation qu’à la demande de la commune d’Habay et de personne d’autre. Qu’il avait pu constater sur place qu’une machine à laver était présente (nous avons vérifié cette information et il n’en est rien). Nous ne pouvons que regretter l’attitude de la majorité dans ce dossier et l’absence d’un échevinat ayant la migration dans ses compétences.

 

 

 

 

Share This