Depuis le début de la crise les conseillères ECOLO n’ont cessé de demander quelles seraient les aides débloquées au niveau de la commune d’Etalle pour les indépendants de la commune impactés par la crise du COVID.

Nous avions vite repéré un budget prévisionnel de 70000€ dédiés à l’aide des indépendants !

A nos questions sur « comment la commune souhaite soutenir les indépendants » le collège nous a répondu qu’il était très difficile de déterminer de quelle aide les indépendants avaient besoin, que la région wallonne et l’État Belge avaient débloqué plusieurs soutiens possibles et qu’une analyse plus fine afin de ne pas faire double emploi était nécessaire.

Nous avions néanmoins obtenu après plusieurs demandes qu’une liste de restaurants proposant des plats à emporter soit publiée sur le site de la commune et distribuée en tout-boîte.

Pendant l’automne et à l’aube de la deuxième vague nous avions reposé la question… la réponse étant restée la même !

Nous regrettons vivement cette posture attentiste de la part d’une commune au budget confortable ! Pour nous il est indispensable de favoriser le circuit court en maintenant les différents services que les indépendants peuvent offrir au sein de la commune !

Lors du dernier conseil communal nous avons été amenés à approuver un contrat de location pour un espace bureau pour la fédération de l’Horeca du Luxembourg au prix modique de 125€ par mois, charges comprises.

Nos conseillères ont soulevé le montant du prix très bas de la location, nettement en-dessous de la valeur du marché. Pour le collège, il s’agit (enfin) d’un geste de  solidarité  avec le secteur de l’Horeca… nous ne sommes pas certaines que les restaurateurs de la commune aient cette même interprétation de la solidarité !

Les conseillères Ecolo ont obtenu l’indexation du loyer qui n’était pas prévue dans le contrat initial.

Si le contrat de bail était discuté lors de ce conseil de décembre, la location avait en fait bel et bien commencé en janvier 2020 (bien avant la crise COVID)  et ce au nez et à la barbe du Conseil qui n’a pas été consulté au moment de la mise en location du bien par la commune à la Fédération de l’Horeca de la province de Luxembourg.

« Une régularisation à posteriori, un geste peu élégant et illégal de la part du Collège et tout cela sur le dos de la solidarité en pleine crise COVID », réagit Anne-Marie Claude qui n’a pas apprécié les explications du collège et n’a pas approuvé ce point.

 

Share This